Je sais où je vais

Michael Powell, Emeric Pressburger - Royaume-Uni - 1945 - vost - 91' - Noir et Blanc - Numérique

Joan Webster doit se rendre dans l'archipel des Hébrides pour se marier à un riche propriétaire terrien. Son avion, pris dans une tempête, est contraint de s'arrêter sur l'île de Muil. Joan, malgré son assurance et sa détermination habituelles, y découvre une autre façon de vivre qui va bouleverser ses valeurs.

Critique

(...) Matière à une critique sociale pertinente et marquée par le sceau du romantisme, Je sais où je vais est ainsi un chef-d’œuvre aux multiples facettes. Mêlant fantastique, surréalisme, naturalisme ou romantisme, Powell joue sur la gamme des styles avec une formidable maestria et aujourd’hui, ni son discours moraliste ni sa vision romantique n’ont pris une ride. Lors du tournage de Raging Bull, Martin Scorsese découvrait Je sais où je vais. Cinéphile aguerri et grand admirateur de Michael Powell, le cinéaste new-yorkais déclarait alors : "J’en étais à penser qu’il n’y avait plus de chefs-d’œuvre à découvrir, jusqu’à ce que je vois Je sais où je vais." Aujourd’hui, souhaitons que cette expérience soit partagée par le plus grand nombre des cinéphiles.

François-Olivier Lefèvre, DvdClassik

Projeté dans le cadre de

12 Juin 2019
Je sais où je vais
Rui Nogueira, passeur passionné et ancien directeur du CAC Voltaire devenu Les Cinémas du Grütli, est invité une fois par mois pour présenter une perle de l'histoire du cinéma.